Yakabooks Editions

Pleins phare sur un beau projet les Délirious:

« Yaka Books Editions » Le livre pour tous

logo-yaka-books-jeunesse.jpg

Jolie réception inattendue ces jours ci dans le cadre de l’opération Mass Critique organisée par Babelio. Avant d’en faire la publicité j’ai pris le temps de découvrir ce projet. Un courrier et un roman, voila ce que contenait mon courrier, oui mais…

Yakabooks Késako?

C’est une maison d’édition citoyenne engagée, dont le but est de promouvoir la lecture en proposant des œuvres  inédites, au prix unique de 2€ par le biais de revendeurs.

Pourquoi ce prix?

Car 11 millions de Français n’ont pas accès à une bibliothèque près de chez eux. 2.5 millions de Français sont en situation d’illettrismes. Que 45% des lecteurs jugent le prix d’un livre trop élevé. Et que par conséquent beaucoup de nouveaux auteurs talentueux sont noyés dans la masse des découvertes.

Comment avoir obtenu ce prix?

En imprimant chaque ouvrage en très grand nombre (15000 env), permet de réduire le coût d’impression unitaire. De plus les livres Yakabooks sont distribués en circuit-court, supprimant deux des intermédiaires de la chaîne classique du livre et donc des frais supplémentaires supprimés.

Comment sont sélectionnés les textes?

Les textes sont envoyés via manuscrits@yakabooks.com. Le comité éditorial vote pour le coup de cœur qui répondent à l’âme de la maison d’édition. Les livres sélectionnés sont édités et les parts des recettes sont séparés entre l’éditeur, l’auteur et le revendeur. L’auteur, non content d’être sélectionné et publié, est libre de promouvoir d’autre manière supplémentaire son roman.

Qui sont les revendeurs?

Libraires, étudiants, retraités, commerçants, responsables d’enseignes, d’associations. Il suffit d’être intéressé par l’idée de mettre des livres partout, pour tous, en lançant de nouvelles plumes et en complétant ses revenus? Car en plus d’aller à la rencontre des lecteurs dans les écoles, les marchés, les hôpitaux, les grandes surfaces, les prisons, les comités d’entreprise, les clubs sportifs ou culturels pour les cadeaux aux adhérens; c’est s’assurer 50% de revenus sur le prix public.

Et le roman en question?

Pour ma part j’ai reçu « Un acrobate au bord de l’œil » de Marie Jousse. Ce n’était pas le livre proposé par Mass Critique mais cela a été une belle découverte.

un acrobate au bord de l'oeil

4eme de couv (Claire a 31 ans quand elle découvre que l’homme qui l’a élevée et qu’elle croyait ne pas être son père, se révèle l’être. Trop différente physiquement de ses sœurs, aussi blondes qu’elle est châtain, la petite fille avance dans l’existence alimentant les secrets de famille de son imaginaire d’enfant.)

Mon délirium (96 pages et donc un format court qui nécessite une capacité d’aller à l’essentiel rapidement. C’est chose faite ici. Et c’est là que l’on se rend compte que ce n’est pas la taille d’un ouvrage qui en fait sa qualité. Tous les sentiments sont mélangés sur un sujet aussi brûlant que les secrets de famille et l’absence de père. Une écriture abordable pour tous. On part d’une histoire tellement banale pour avoir un roman aux émotions puissantes. Légère frustration sur la fin qui, comme la longueur du bouquin, est trop courte.)

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.