Une création mourante: Soumission

2e rubrique : soumission

Maintenant encore, alors que des éons étaient passés, il ne se rappelait toujours pas ce qu’il y avait sous ce masque. Tout comme il n’avait pas la moindre idée de ce qui avait remplacé son ancien visage.

Il regarda le masque, chaque instant loin de lui était une torture, physique et mentale. Mais il s’obligeait à l’enlever au moins une fois par siècle, pour se souvenir du temps qui précède son service, de ce temps où il s’était pensé maitre des ombres, quand maintenant il en était l’esclave.

Celui-ci avait demandé, à lui et aux autres[qC1]  ombres, de trouver de nouveaux candidats, de nouveaux serviteurs pour les guerres à venir. A chercher parmi les voleurs, les rebelles, les contrebandiers et tous ceux qui dans leur arrogance pensaient régner sur les ombres.

Et une fois de plus il prit son masque et le posa sur son visage.

Et une fois de plus il troquait la douleur et le passé pour l’oubli.

Et une fois de plus il ne devenait rien de plus qu’une ombre.

Nouvelle 2: Une boisson de choix

  • Bienvenue monsieur le Directeur. Prenez place je vous prit.

L’homme s’inclina, entra et se dirigea vers le bureau de la représentante Ulrika. Plutôt grand et cuivré, il transpirait le dirigeant des compagnies intermondes avec ses ongles en saphir et ses dents nacrées.

  • Sachez que c’est un honneur ineffable pour moi et pour la compagnie transnerienne de vous rencontrer en ce jour, Dame Ulrika, je…
  • Appelez-moi représentante, Directeur, le coupa-t-elle sèchement, sans daigner le regarder,

Le commerçant blêmit.

  • Bien sûr Représentante, s’excusa-t-il de sa voix tremblante et légèrement mécanique tout en s’inclinant de nouveau.

Ulrika prit le verre de cristal qui trônait à ses côtés et s’offrit une gorgée de son breuvage chaud. Un très bon cru, assez jeune, mais déjà fort.

Elle regarda son invité. Même pour un Directeur de seconde zone, il était vulgaire de recevoir des augmentations mécaniques. Celles-ci étaient réservées aux serviteurs et employés, pas des dirigeants, et pourtant celui-ci en était couturé. Certes elles expliquaient qu’à 127 ans cital il en semblait 30, mais elles le rendaient faux, inconsistant.

  • Comprenez bien Directeur, que ce n’est pas en tant que siégeante du conseil que je vous reçois aujourd’hui. Votre compagnie insignifiante n’a aucune importance pour ses membres. En revanche, les lignées, que je représente, ont toujours besoin de s’approvisionner en produit d’exception. Mais cela vous le savez n’est-ce pas ?

Bien sûr qu’il le savait. Sa compagnie se démenait depuis des décennies pour devenir fournisseuse des lignées. Pourtant rappeler certaines vérités ne pouvaient pas faire de mal.

  • Je comprends Représentante, et sachez que je vous rends grâce d’accorder du temps à ma compagnie.

Ulrika reprit une gorgée.

  • Parfait. Vous vous êtes, il me semble, proposé pour fournir aux lignées un approvisionnement constant en cru de qualité. Qu’elle quantité, par mois ?

Il reprit quelques couleurs, non naturellement, bien sûr. Il ne devait plus posséder de sang dans le corps depuis des décennies. C’était la raison pour laquelle la compagnie transnarienne l’avait choisi pour rencontrer les lignées

  • Bien sûr Représentante. Nous pouvons vous fournir deux millions cinq liqueur d’arkes, 25 ans d’âge. Un million de Tarmene, 45 ans, cela peut sembler vieux mais…
  • Au contraire cela me semble presque trop jeune. Le Tarmene est bien meilleur vieilli.
  • Je devrais savoir que vous êtes maitresse dans l’art…
  • Vous buvez Directeur ? Le coupa Ulrika en buvant une gorgé.

Son interlocuteur blêmit, avant de se frotter la nuque.

  • Non, bien sûr, Représentante.
  • Dans ce cas ne vous étonnez pas que je maitrise ce sujet mieux que vous. Continuez je vous prie.
  • Il nous est possible de produire en sus, huit cent mille de Vercagne, 10 ans. Sept cent cinquante milles liqueurs Everne, 15 ans d’Age, et enfin Cinq cent mille livien, 20 ans. Le tout par mois Cital, bien entendu.
  • Intéressant. Et en liqueur d’exception, que pouvez-vous fournir ? les maitres des lignés sont toujours intéressés par des… crus particuliers.
  • Je ne puis donner de plage temporelle précise, Représentante. Mais il est plus que probable que nous puissions vous fournir en patryn et sartan.

Ulrika eu un léger sourire. Son premier depuis le début de la rencontre.

  • Voilà une nouvelle rafraîchissante. Ces deux produits ont un effet particulièrement plaisant sur notre rapport au temps. Quelle quantité pensez-vous pouvoir fournir ?
  • Une dizaine de chaque, par mois, Représentante.

Ulrika but une gorgée de sa coupe. Elle allait tout faire pour en récupérer quelques-uns pour son propre plaisir.

  • Excellent. Quoi d’autre ?
  • Nous avons acquis récemment de quoi produire quelques aeleves…

Ulrika soupira et hocha la tête.

  • Qui suis-je Directeur.

Celui-ci blêmi de nouveau. Cela commençait à devenir lassant.

  • Vous êtes Ulrika Pentagar, représentante des lignées, seigneur de guerre des enfants du fils prodigue et…

Fils Prodigue, sans rire, Ulrika ne comprenait pas qu’Ielle Cosmallazdar se laisse appeler comme cela.

  • Siegeante du conseil.
  • Parfaitement. Je siège au conseil de la citadelle monde. Et parmi mes pairs, qui y a-t-il ?

Le directeur fit une tête de poisson mécanique assez comique mais ne répondit pas.

  • Vous voilà muet à présent ? je répondrai donc moi-même. Siège avec moi le représentant Teclan, qui, vous vous en doutez, refuse catégoriquement le commerce d’aeleves. Or, nous somme alliés politiquement. Pensez-vous que je risquerais notre entente pour un peu de boisson ?
  • Bien sûr que non, Représentante, veuillez excuser mon outrecuidance.
  • Dans ce cas, oublions cela. Votre compagnie propose-t ’elle d’autres liqueurs Directeur ?

Celui-ci soupira et se détendit manifestement.

  • Non représentante.
  • Dans ce cas… sachez que ce que vous nous proposez nous intéresse et qu’un contrat entre votre compagnie et lignés me semble parfaitement possible. Toutefois, j’aurais aimé savoir ce que vous souhaiteriez tirer de cet accord. Seulement de l’argent ou aussi des « faveurs » de la part des lignées ?
  • De l’argent, représentante, surtout de l’argent. Même si les membres du conseil d’administration m’ont aussi fait part d’une autre demande. Il déglutit. Ils aimeraient que trois des leurs reçoivent le Don.

Ulrika eu un léger sourire.

  • Il y a cela de fascinant chez les compagnies intermondes, que leurs prix se ressemblent toujours terriblement. Sachez que vos « demandes » sont recevables. Mais comprenez aussi que, pour le cas des Dons, vous ne serez payé qu’après une période de dix ans, et ce, seulement si le contrat initial n’a pas été rompu. Par vous ou par nous.

Le Directeur Grimaça.

  • Bien Représentante.
  • Enfin, sourit Ulrika, les lignés et moi-même posons toujours une condition non négociable à la demande de Don. Chaque année, et ce pendant 10 ans, vous devrez nous offrir « grassement » trois crues Transnien.

Et cette fois ci le Directeur, au lieu de blêmir, devient entièrement vert. Pas verdâtre, non, vert.


Cosmallazdar

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.