L’insensé

Message écrit sur YouTube en réponse à une de mes réponses. Olivier Boubou dit ceci « ce que t7 raconte ne veut rien dire tout simplement ! ». Voici ma réponse :

Olivier Boubou a parlé ! Attention les Zola et les Maupassant, s’il dit que ce que vous avez écrit ne veut rien dire, ça ne voudra rien dire : gaffe ! Attention les Sénèque et autres Russell, si Olivier Boubou dit que ce que vous avez écrit ne veut rien dire, les mots qui aujourd’hui font sens perdront leur intelligibilité : gare à vous !

C’est tellement pratique quand on ne comprend pas de s’en sortir l’égo non froissé avec une pirouette qui est de dire « ce que tu as dit ne veut rien dire ! ». C’est tellement pratique. Je ne connais rien aux mathématiques, je pourrais me remettre en question, mais pourquoi faire ? Est-ce que ce ne sont finalement pas des formulations et des données totalement dépourvues de sens ? Eh bien du haut de moi j’énonce que de sens ça n’en a pas ainsi, je gagne forcément !

On me dit une vérité qui fait mal : mensonge ! On me montre un fait qui ne me plait pas : falsification ! On contre-argumente ma position : non sens ! On détruit ma logique : sophisme ! On me ridiculise : folie ! On me montre une faute, une erreur : arrogance et vanité !

Que c’est pratique la position de dire que finalement, ce que je ne comprends pas ne viendrait jamais de moi mais que, comprenez-vous bien, ce sont les autres qui disent de ces choses, et tellement insensées, si vous saviez ! Malheureux que je suis. Tout le monde conspire à tenir des propos faits de telle façon que nulle ne peut rien n’y comprendre alors voyez-vous, comment pourrais-je moi-même y comprendre quelque chose ? Non, c’est impensable. Mais pourquoi s’acharnent-ils donc contre moi ? Ne peuvent-ils donc pas être clairs, être intelligible ? Quelle folie de tenir des propos que personne ne comprend, quelle folie !

Attention, je le vois le Olivier Boubou qui me lit là et se dit « Quel homme insensé ! Quel fou ! Finalement j’avais bien raison, j’avais le nez fin ! ». Cela le rassure, cela lui fait du bien. Ce n’est pas moi qui suis bête, oh non, je suis tombé sur un énergumène, si vous saviez ce qui me racontait. Rien n’avait de sens alors comprenez-vous que je ne puis répondre à cet individu, somme toute étrange, de façon cohérente : n’est-ce pas vain de tenter de recoller des morceaux de raisons dans un monde qui n’en connait plus rien ? Voilà pourquoi, nous nous en doutions, je n’ai pu répondre à cet homme – encore que « homme » semble assez précieux pour désigner… enfin, vous comprenez à présent… Oui, nous avons compris Olivier. Allez.

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.