Les Orages

Les orages, Sylvain Prudhomme, L’Arbalète Gallimard, 2021

©L’Arbalète Gallimard

La première fois qu’il m’a été donné de lire du Sylvain Prudhomme était en fin d’année 2019, à l’occasion du Prix du Roman des Etudiants. J’avais été subjuguée par l’humanité que dégageait Par les routes, de cette bienveillante envers chaque personnage et cette incroyable lumière qui se dégageait du récit. Depuis, j’ai beaucoup recommandé ce livre. J’ai également eu l’occasion de rencontrer Sylvain Prudhomme, et la tendresse qui ressort de ces histoires se transmet également dans sa personnalité. 

De la découverte un peu par hasard de la sortie de son nouveau livre – Les Orages-, jusqu’à l’achat heureux en librairie, j’ai attendu comme une enfant attend le Père Noël. Dans ces temps tristes et mornes il fallait de la clarté. Retrouver de la lumière après l’orage, mais ne pas déprécier ce temps d’incertitude, où l’on attend que l’éclair strie le ciel. Ce n’est probablement pas un hasard que ces nouvelles ont été écrites entre les deux confinements, dans ces quelques mois un peu bizarre de transition, où l’on sait que le pire reste à venir et que l’orage va frapper. 

Ce recueil m’a beaucoup touché. Peut-être parce que je suis étudiante et que j’attends une éclaircie désespérément. Peut-être parce que l’empathie de Sylvain Prudhomme nous attrape en plein coeur, et que l’on compatis avec ces personnages. Peut-être que-même dans les situations parfois désespérées que traversent les nouvelles il y a de l’espoir, et que l’on a besoin de s’accrocher à ce « souvenir de la lumière ». 

Ce « souvenir de la lumière » est le titre de la première nouvelle, bouleversante, où un homme raconte qu’il a traversé le pire avec son enfant, mais qu’ils étaient ensemble, se battant pour la vie, dans une bulle qui rendait le père non pas inconscient de la situation, mais confiant pour l’avenir de son enfant. Traverser le tunnel ensemble dans l’étroitesse de la chambre 817.

Dans ces instants où l’existence bascule : deuil, maladie, changement de vie, renaissance, Sylvain Prudhomme livre avec une écriture délicate les pensées de nos personnages. Plusieurs nouvelles m’ont beaucoup émues, comme Awa Beauté, où l’une jeune sénégalaise doit abandonner son rêve d’ouvrir son salon de beauté pour aider son frère malade. L’instant décisif où le rêve s’écroule et où il faut faire face à la double peine. La Vague, où une femme voit son papa sombrer dans la maladie d’Alzheimer peu à peu et se retrouver confronter à ce chagrin dans un endroit inattendu. La Tombe, où un homme se voit confronter à son année de mort et planifie sa vie en fonction. Cette nouvelle nous livre également un sublime passage sur ce qu’est être lecteur : 

La dix-huitième année, il convoque Y. et lui fait une déclaration solennelle : que contrairement à ce qu’il a cru, il n’est pas écrivain, mais quelque chose d’autre  qui n’est pas moins précieux, qui l’est peut-être même plus, car désintéressé, gratuit. Nous sommes des lecteurs Y. Au fond tout notre vie nous aurons fait cette chose magnifique : lire les autres. Leur prêter notre souffle, notre intelligence, notre imagination.

Et pour finir en beauté, il y a La Nuit, où une mère fait l’expérience d’une renaissance à travers les vagues, comme une seconde mise au monde après un événement traumatique. Si vous avez l’occasion, je vous conseille d’écouter Sylvain Prudhomme la lire dans son entièreté lors d’un live à la Maison de la poésie, c’est sublime. La mer et moi seule savons.

Dans des instants où tout bascule, Sylvain Prudhomme montre avec une grande empathie ces récits d’individus, raconte l’angoisse et la bravoure, les larmes et les rires. On se souviendra de l’épigraphe du livre, une belle citation de Federico Fellini : « Quel est ce bonheur qui me trembler, qui me redonne force et vie ? Je me sens délivré. Tout me semble bon, tout a un sens, tout est vrai. »

Margot

Pour écouter Sylvain Prudhomme à la maison de la poésie, c’est par ici : https://www.youtube.com/watch?v=7J4g9X_4gwA

Plus d’information sur le site de la maison d’édition :http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/L-arbalete-Gallimard/Les-orages

Se procurer le recueil :https://www.leslibraires.fr/livre/17863238-les-orages-sylvain-prudhomme-gallimard

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.