Le Petit Café du Matin…

Championnat de France du 11 au 15 Février 2020 – Niort-

Mon petit café du matin.
Ma drogue… mon réveil matin
Celui qui m’ouvre les yeux en net
Et connecte mon esprit en grand… 
Mon meilleur ami, garant de ma minute d’éveil au monde 
au nouveau jour qui s’offre à moi.
La condition de mon opérationnalité optimale. 

Il est cinq heure…
Ce petit café du matin… O combien, j’en ai besoin… 
Mais pas aujourd’hui… Aujourd’hui, il m’est interdit.
Aujourd’hui c’est compétition.
Aujourd’hui c’est bêta bloquant…

Mon but : 
Passer coûte que coûte ces fichus départementaux pour arriver jusqu’aux régionaux 
Mon espoir : Y performer pour être sélectionnée aux Nationaux
Aujourd’hui nos mains se doivent sures, précises, 
exemptes du moindre tremblement de leurs muscles,
mon corps épargné du moindre tressaillement de mon cœur.
Je me veux dépourvue d’affect, sans aucun état d’âme.
Je me dois de m’automatiser dans les gestes, de me robotiser dans mon mental.

Mes yeux, je les rêverais bioniques !
Mon bras, je le souhaiterais mécanique !
Mon cerveau, informatique !

J’en suis consciente, Il en est ainsi pour nous tous, compétiteurs, en cet instant précis. 
Nous, si nombreux aujourd’hui, si docilement alignés sur ce pas de tir, 
notre intervalle entre compétiteurs mathématiquement calculé 
et également partagé afin d’avoir chacun notre petit espace vital.
Plus obéissants que des bambins de six ans, juste à peine moins bruyants que des maternelles.

Nous nous sourions, nous nous raillons, et nous nous jouons de nous encore quelques secondes
en vérifiant notre arme et en la déposant sagement sur la banque revêtue de moquette sale et poussiéreuse.
Aveuglés par tant de néons au plafond, nos rétines agressées par leur blancheur puissante et irrégulièrement diffuse, je profite de ces derniers bavardages légers et de ces échanges badins… 
Le silence nous sera trop vite imposé en quelques mots par les arbitres et en cœur nous nous tairons… Juste avant … 

Avant que nos amis de clubs des minutes précédentes ne deviennent nos adversaires en
une fraction de seconde, que nous oubliions tous ces moments magiques de partages. 
Avant que dans cette salle remplie de guerriers déterminés, la solitude impose sa loi… 
Avant de nous retrouver totalement seuls avec nous-même,
isolés des bruits du monde par nos casques ou nos oreillettes,
Avant que tout autour de nous, tout disparaisse,
que les autres deviennent invisibles à nos yeux,
que notre unique centre d’intérêt devienne le centre noir de sept centimètres
d’une modeste cible en carton postée à dix mètres de nous…
Juste avant le début de la compétition…
Juste avant l’ordre de Tir…

Puis soudain… 
Notre détermination se mettra en branle instantanément  
tels des gladiateurs dans l’arène avant leur ultime combat,
avec cette rage de combattre et de vaincre avec Force et Honneur.
Et moi, je tendrai à « Ne rien lâcher » et « Ne rien subir », 
mais sans oublier cependant, que tout ceci n’est qu’un jeu.

Sans mon café du matin dans mes veine pour me stimuler…
Avec dans mon sang un poison dopant plus puissant que la caféine : l’Adrénaline
Un excitant identique à celui de l’Amour : l’Ocytocine
Ces deux substances qui me rendent si vivante.

Alors, ce n’est pas grave…
Tant pis pour mon petit café du matin…
Je le prendrai demain !

Le 14 Février 2020, en ce jour de la St Valentin, l’année dernière, nous étions des dizaines à concourir dans la joie et la bonne humeur. Aujourd’hui, il ne me reste que « le petit café du matin »…

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.