Le grand nettoyage

« Court, Forest, cours. »

Elle regarde son fils s’empêtrer dans les fils du téléphone et se vautrer parterre. Elle sourit. Elle ricane. Elle rit.

« Sale petit con, y’a qu’une merde comme toi pour ne pas arriver à tenir debout »

Dylan lève la tête les yeux remplis de larmes. Sa mère, sa propre mère est assise à l’autre bout de la pièce et se moque de lui. Le regard embué, il essaie de se relever et chute de nouveau.

«Quelle misère qu’est-ce que c’est que ça ? Un garçon ? Une lopette plutôt !! ».

Dylan s’arrête, fixe sa mère, implorant un sourire, un pardon, un mot gentil.

« Pourquoi tu me regardes comme ça ? Tu crois que je vais t’aider petit handicapé merdeux, débrouilles toi tout seul. Et dépêches toi, j’ai pas que ça à foutre ».

Dylan pousse sur ses bras de toutes ses forces. Il a mal aux coudes, il a mal aux bras, mal aux jambes. Et sans canne ou béquille il lui est de plus en plus difficile de se mouvoir seul. A Genoux. Il pleure toujours. Qu’est-ce qu’il a encore fait de mal pour que sa maman soit en colère. ? D’accord, il n’avait pas fini de ranger sa chambre mais c’est parce que, après l’école, il avait des devoirs et puis c’est vrai : Il est lent. Peut-être parce que sa patte folle – de naissance – ou les douleurs dans son dos – restes d’une fessée du copain de maman – le ralentissent. Ce doit être ça, il ne va pas assez vite. Promis, la prochaine fois, il fera mieux pour pas que maman se mette en colère. Parce qu’il n’aime pas que maman crie ou le tape même s’il sait que c’est pour son bien, parce ‘qu’il n’est pas sage, parce qu’il n’écoute pas et qu’il fait des bêtises. Heureusement pour maman, Norbert – Nono – est gentil avec elle, il la fait rire. Et il remplace parfois maman quand Dylan n’est pas sage. Sauf qu’il fait plus mal. Maman, elle, elle sait ou punir : les fesses, sous les pieds, le zizi, et la tête. Alors que Nono, il fait ça un peu partout, dans le dos par exemple et surtout, ça laisse des traces comme les brulures sur le corps et après Dylan doit raconter des mensonges à l’école pour ne pas que les gens embêtent maman.

Encore la semaine dernière, Dylan se grattait beaucoup alors la maitresse l’a envoyé à l’infirmerie et la dame a vu qu’il avait des marques de cigarettes sur tout le bras gauche. Parce que Nono laisse des traces. Parce que Maman n’a rien dit. Parce que Dylan avait cassé un verre en rangeant la vaisselle. Parce que pour apprendre à bien muscler son bras pour ne plus laisser tomber un verre, Nono l’a forcé à en tenir un pendant qu’il lui écrasait sa clope en différents endroits du bras. Efficace car le verre n’est plus tombé. En tout cas, l’infirmière l’a vu et Dylan a dû lui expliquer que c’était lui qui l’avait fait tout seul après avoir vu un film mais que sa maman n’avait rien à voir la dedans. Sinon, ils pourraient lui enlever sa maman. Et que ferait Dylan si sa maman n’était plus .la ?

Aujourd’hui Dylan doit ranger la maison car ce soir, Maman et Nono reçoivent du monde et ce n’est pas très propre. Alors maman a trouvé un super jeu à faire tous les deux. Elle dit

« le meuble à droite vers la télé » ; Dylan court vers le meuble et enlève la poussière de façon à ce qu’il soit tout propre. Au début, Dylan s’en sortait bien mais il commence à fatiguer, alors maman, pour l’entrainer, ajoute des obstacles au milieu du salon pour le faire trébucher. Et comme il n’y arrive pas, maman se met en colère. Et Dylan n’aime pas. Il donne tout ce qu’il peut. Sa jambe tire vraiment comme s’il n’arrivait plus à la diriger. Pas facile de se redresser en portant le chiffon à poussière et le seau avec l’éponge. Maman est assise dans un des fauteuils rouges et lui montre sa colère.

« Allez petit moins que rien, tu n’es pas capable de te relever ? Tu ne sers vraiment à rien dans cette maison, je ne sais vraiment pas pourquoi on te garde ». Ce n’est pas la première fois que Maman dit ça, qu’elle voudrait peut-être se débarrasser de lui. Qu’est-ce qu’il ferait ? Comment il pourrait vivre s’il n’avait pas sa maman avec lui ?

« Maman je te promets, je vais y arriver j’ai juste un peu mal à la jambe mais je vais le faire et c’est bientôt fini. »

« Fini ? Tu plaisantes j’espère il y a encore les WC et la salle de bains à nettoyer et faut te dépêcher que tout soit bien quand les invités arriveront et surtout avant que Nono rentre du travail. Faudrait pas que tu le mettes en colère. »

Debout, Dylan jette un dernier coup d’œil au salon, il a l’air rangé et propre. Si maman avait pu l’aider ils auraient mis moins de temps et tout serait encore plus propre. Mais tant pis, il espère qu’elle est contente et que ce soir les invités trouveront la maison jolie. Il file à la salle de bains continuer son travail.

« Commence par les chiottes, je dois aller me maquiller, tu feras l’évier et la douche après. Et ‘n’oublie pas de bien frotter la cuvette et de mettre du désodorisant et tu as cinq minutes pour que ça brille»

Dylan ouvre la porte. L’odeur dans les toilettes est insupportable, la cuvette est mouchetée, l’eau croupie oscillant entre le jaune et le marron. Un haut le cœur, des larmes de nouveau. Depuis quand les toilettes n’ont-elles pas été lavées ? Dylan y va peu. Nono et maman trouvent qu’il est trop sale alors il vaut mieux qu’il fasse ses besoins dehors, dans un coin du jardin. Il tire la chasse, met un peu de javel dans la cuvette, enlève le vieux bloc vide. D’abord nettoyer l’extérieur, avec l’éponge, poussiéreux. Dans le lointain, un bruit, une voiture. Ensuite le bas de la cuvette, là ou les coulures jaunes semblent incrustées. « Je suis rentré tu es ou ? »« Dans la salle de bains ». L’éponge frotte le bord de la cuvette, enlève les poils collés. Dylan Rince ensuite son éponge et nettoie l’abattant. Tacheté lui aussi. Pour rendre la pièce propre, il faudra aussi passer un peu la serpillère, le sol est un peu collant. « Ils arrivent à quelle heure ? –Ah on les retrouve au bar d’abord? Ok je suis presque prête. Tu mets une chemise pour sortir ? ». Avec la brosse dégarnie et puante, Dylan commence à frotter la cuvette quand la porte s’ouvre en grand « dégage je veux pisser »Dylan lève la tête ; Nono est debout devant lui dans l’entrée des WC, il baisse sa braguette. « oh pis reste là tu vas voir ce que c’est un homme. » Nono commence à uriner, Dylan toujours accroupis, les mains dans la cuvette, le fixe, désabusé. « Quoi ? Qu’est-ce que tu as à me regarder comme ça ? arrête vite ou je t’en mets une, ah tu me provoques la !! » Nono vise le petit garçon et se secoue sur lui. « Maintenant tu nettoies tout sale petit con, putain j’en ai marre de toi ». Il attrape l’enfant par les cheveux et cogne sur la cuvette…une fois, deux fois, trois fois….du sang coule dans la cuvette… «Je suis prêt, on peut aller les rejoindre au four star »

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.