L’art en fleurs 2018: la Grèce et Rome

Passons donc de la Mésoamérique à la Méditerranée avec mes impressions sur deux arrangements floraux inspirés par des œuvres dans les galeries d’art gréco-romain.

Inspiré par Hercule
Par Trisha Bettencourt

Je suis déçue. C’est trop facile de prendre des fleurs blanches pour représenter une statue de marbre!  Bon, ça marche pour une élégante Vénus, mais pour la statue sélectionnée, bof.  C’est Héraclès quand même!  Le pauvre type est tyrannisé par Héra, Eurysthée lui donne 12 travaux des plus inimaginable.. il est un demi-dieu troublé et, ici, il est probablement saoul! Le design nous donne l’idée de la massue qu’il tient à la main droite… mais les fleurs sont trop délicates pour représenter un personnage avec tant de vécu, un type crevé, à bout…

Inspiré par l’amphore etrusco-corinthienne
Par Stacey Burkert

Mieux, beaucoup mieux! C’est qui est remarquable dans cet arrangement floral est le fait que la couleur des fleurs est assortie à celles de l’amphore. À perfection! C’est tout à fait génial! Il faut vraiment voir l’artefact en personne pour apprécier ses couleurs. Cependant, bien que les fleurs et plantes soient vivantes, elles apparaissent mortes parce que ce sont des couleurs automnales… et je ne suis pas friande de fleurs mortes. Donc, il y a perte de points ici. Néanmoins, je donne tout de même un B pour Bravo! car l’artiste à parfaitement réalisé son idée de représenter les couleurs et la texture de l’objet avec des fleurs (comme indiqué sur l’étiquette).

On passera à l’Égypte avec le prochain billet…

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.