La lugeuse Kimberley McRae prend les moyens pour réussir

« Tout le monde est affamé et a hâte de se mettre à table », confie Walter Corey, directeur de la haute performance de Luge Canada, en s’excusant pour le cliché qui illustre si bien l’atmosphère à l’aube de la nouvelle saison.

Cette semaine, les meilleurs lugeurs du Canada ont retrouvé les athlètes des autres sports de glisse à Whistler. Le Centre des sports de glisse de Whistler, où se sont déroulées les compétitions de luge, de bobsleigh et de skeleton des Jeux olympiques de Vancouver 2010, est fier d’avoir la piste la plus rapide au monde. Dans ces disciplines à grande vitesse, il incombe aux dirigeants et aux entraîneurs comme Walter Corey d’aider les athlètes à glisser toujours plus vite.

Kim McRae pendant la première descente de l’épreuve féminine de luge des 44es Championnats du monde de luge de la FIL au Centre des sports de glisse de Whistler, à Whistler (C.-B.), le 2 février 2013.

Kim McRae pendant la première descente de l’épreuve féminine de luge des 44es Championnats du monde de luge de la FIL au Centre des sports de glisse de Whistler, à Whistler (C.-B.), le 2 février 2013.

« Nous poussons tout le monde très fort à cette étape de la saison pour maximiser nos chances plus tard dans l’année », expliquait Walter Corey à Olympique.ca depuis Whistler, où son équipe composée d’entraîneurs expérimentés, de vétérans et de recrues se prépare pour la saison de la Coupe du monde 2015-2016.

« Tous les athlètes au monde travaillent très fort pour être au sommet de leur forme. C’est dur de prédire le genre de saison qui nous attend. »

Kimberley McRae, cinquième de l’épreuve féminine de Sotchi 2014, se joint à la conversation. Le temps combiné de ses quatre descentes lui a permis de se classer tout juste derrière sa coéquipière Alex Gough lors des derniers Jeux d’hiver. Pendant l’été, Kimberley McRae a adopté une nouvelle tactique pour se préparer en vue de la saison de la Coupe du monde.

La lugeuse Kim McRae (à droite) travaille sa mobilité en faisant du taekwondo à Calgary.

La lugeuse Kim McRae (à droite) travaille sa mobilité en faisant du taekwondo à Calgary.

« J’ai commencé à faire du taekwondo en mars. J’étais à la recherche d’une activité avec un peu de contact pour faire changement de la luge pendant l’été », raconte Kim. Elle a tout d’abord fait un peu de kickboxing avant de découvrir les arts martiaux qui lui conviennent mieux parce qu’ils l’aident à se concentrer.

« Pour que les gestes soient fluides en taekwondo, il faut être calme. C’est la même chose si on veut être concentré tout en ayant du plaisir en luge. »

Son entraînement estival lui a entre autres permis d’améliorer certaines des qualités essentielles d’un bon lugeur : la perception de son corps, la vitesse de ses réactions et l’aisance de ses mouvements. Le travail supplémentaire pendant l’entre-saison a été source de défis pour Kim qui s’applique à gagner de la masse parce que la gravité occupe une place de premier plan dans son sport.

Kim McRae au centre Sanki pendant la compétition olympique de luge de Sotchi 2014.

Kim McRae au centre Sanki pendant la compétition olympique de luge de Sotchi 2014.

« Pour moi, ce n’est jamais facile de prendre du poids », dit la lugeuse de 23 ans qui pointe du doigt son métabolisme rapide qui serait en train de se stabiliser. Son plan était de dépenser moins de calories qu’elle en consommait, mais comme le taekwondo ajoutait une autre séance de cardio à son horaire, elle avait du mal à faire osciller la balance. Pour Kim, les avantages dépassent de loin les inconvénients.

« Les récompenses sont multiples : être là et être capable d’apprendre une nouvelle technique. Je n’ai pas la meilleure coordination, mais apprendre de nouveaux mouvements m’a permis de repousser les limites de mon corps. »

Hiver 2016 : compétitions internationales au Canada

Pour glisser plus vite, il faut bien plus que de la masse. Walter Corey semble très satisfait de la capacité de Kim à s’améliorer en tant qu’athlète, particulièrement lorsqu’il s’agit de le faire par elle-même en apprenant de nouvelles techniques.

Alex Gough

Alex Gough domine la luge canadienne et chaque fois qu’elle prend place sur la piste, le podium est à sa portée.

« Il y a une tonne de facteurs, dont le gain de poids, qui sont essentiels au succès d’un athlète », dit Walter Corey.

« Le monde de la luge est ultra compétitif parce que nous sommes chronométrés au millième de seconde. Nous sommes continuellement à la recherche de façons d’améliorer la capacité de nos athlètes à donner le meilleur d’eux-mêmes sur la piste. »

La saison dernière, les Canadiens étaient présents sur sept podiums de la Coupe du monde où ils ont notamment gagné la médaille d’or de l’épreuve masculine en plus de trois autres médailles lors d’un arrêt triomphal à Calgary, le quartier général de l’équipe. Le vainqueur de l’épreuve masculine, Sam Edney, prend une année sabbatique sur les bancs d’école pendant que son corps se remet d’une saison 2014-2015 éprouvante.

Samuel Edney est devenu le premier Canadien médaillé d’or de l’épreuve masculine de luge en Coupe du monde le 13 décembre 2014.

Samuel Edney est devenu le premier Canadien médaillé d’or de l’épreuve masculine de luge en Coupe du monde le 13 décembre 2014.

Alex Gough, qui est montée sur le podium à quatre reprises la saison dernière (s’offrant la médaille d’argent à Calgary) est la tête d’affiche de Luge Canada. Walter Corey est convaincu que d’autres lugeurs profiteront de l’absence de Sam Edney pour se démarquer. Ceci vaut aussi pour Kim McRae qui est en train de se forger une place comme pilier de l’équipe aux côtés d’Alex Gough qui, à 28 ans, est l’une des meilleures de la discipline.

« Pour nous, c’est une excellente chose que Kim continue à gagner en maturité et à peaufiner son talent en empruntant de nouvelles directions. »

Même si le directeur de la haute performance convient que l’entraînement pendant l’entre-saison n’est pas un gage de succès en compétition, il est reconnaissant qu’une de ses athlètes cherche à s’améliorer à long terme en pratiquant d’autres sports

« C’est une amélioration qui lui permettra d’être à son meilleur. C’est un pas dans la bonne direction du point de vue de la maturité et de la performance. »

La saison de la Coupe du monde 2015-2016 commence le 28 novembre à Ingls, en Autriche, et prend fin les 20 et 21 février à Winterberg, en Allemagne. Le seul arrêt canadien commence le 18 décembre à Calgary. Les Championnats du monde de luge auront lieu le 30 janvier à Konigssee, en Allemagne.

[coc_instory_ad link= »https://twitter.com/OlympiqueCanada » img= »http://cdnolympic.files.wordpress.com/2014/02/tw-fr-ad-1180-x-100.png » label= »Twitter ad – FR »]

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.