It’s Over Isn’t It?

Quelques fois, Sam se demande comment se serait déroulé le fil des événements si elle avait agi différemment. Si elle avait pris d’autres décisions. Si elle n’avait pas eu si peur de ses propres sentiments. Si elle avait pris son courage à deux mains plutôt que de la laisser filer entre ses doigts pour lui.

I was fine with the men

Who would come into her life now and again

I was fine, ‘cause I knew

That they didn’t really matter until you

Pendant qu’ils entourent le trou, Sam lève les yeux pour le regarder. Elle est légèrement surprise de le voir faire la même chose, un air indescriptible sur le visage. Pourtant, aucun d’eux ne brise l’échange, comme s’ils avaient tous les deux besoin de retrouver un élément dans le regard de l’autre. Peut-être du regret ? Sam n’en est pas tout à fait certaine, mais elle se remémore les événements qui ont mené jusqu’ici.

Son enfance commune avec elle, leur proximité, leur complicité. Leur croissance ensemble. Son sourire, son odeur, sa magnifique chevelure enflammée… Quand elles n’étaient que toutes les deux, à perdre leurs journées dans la vallée derrière leurs maisons. À lire, courir jusqu’au grand chêne, grimper les branches de ce même arbre et peut-être même se baigner dans le ruisseau à quelques pas de là.

Puis elles ont continué à grandir et Sam a commencé à ressentir d’autres choses en la présence de son amie, et surtout en son absence. Quand elle allait en ville, quand elle lui parlait d’autres personnes, de garçons qu’elle trouvait particulièrement charmants, mais qui se révélaient bien souvent à être des moins que rien. Sam l’a toujours écoutée avec un sourire léger, buvant les paroles de son amie la plus proche et la réconfortant quand elle avait le cœur brisé.

Puis… Il est arrivé et tout a commencé à changer. Elle avait moins de temps pour elle, préférant le passer avec lui. Son nom était toujours sur ses lèvres. Lui. Lui. Lui. Sam était blessée, mais s’efforçait de sourire et de se convaincre que le plus important, c’était de la voir heureuse…

Quand elle était seule avec lui, Sam ne pouvait s’empêcher de lui faire des reproches qu’il ne comprenait pas trop au début. Elle se dit désormais qu’il doit savoir la vérité qu’elle avait encore du mal à concevoir, à l’époque.

And we fought like it was some silly game

Over her, who she’d choose

After all those years, I’d never thought I’d lose

Il a fini par lui proposer de vivre avec lui, ce qu’elle a bien évidemment accepté de manière très enthousiaste. Sam les a regardé partir, la douleur grandissante dans sa poitrine prenant plus d’ampleur. Ses parents ne la comprenaient pas, ne voyaient pas où était le problème et ont même essayé de lui présenter quelqu’un : chose qui n’a jamais porté ses fruits. Sam ne voulait rien savoir d’eux, elle ne voulait qu’une seule personne et plus le temps passait, moins elle pouvait l’avoir.

War and glory, reinvention

Fusion, freedom, her attention

Out in the daylight, my potential

Bold, precise, experimental

Heureusement, il restait les lettres. Les échanges entre elles permettaient à Sam de combler un peu le vide que son départ avait laissé. Chaque semaine, elle en recevait au moins deux de sa part et Sam lui renvoyait le même nombre, faisant force pour ne pas exagérer et ne pas avoir l’air trop collante. Surtout puisque dans ces lettres, Sam avait l’impression de revenir à avant. Quand elles n’étaient que toutes les deux. Quand il n’était pas là et n’était pas près de l’être.

Puis… Les lettres ont cessé de venir et Sam a été forcée d’aller ailleurs, ses parents voulant qu’elle ne gâche pas sa vie. Elle a commencé à travailler en ville, là où tout se passe. Là où elle n’aurait pas le temps de flâner. Au début, Sam pensait que ça rendrait les choses plus faciles, qu’elle penserait moins à elle…

Mais elle a fini par la croiser et un détail ne lui a pas échappé : la poussette à côté de laquelle elle était assise, une main posée sur le manche. Un poupon à l’intérieur qui dormait paisiblement.

Who am I now in this world without her?

Petty and dull and the nerve to doubt her

What does it matter? It’s already done

Now I’ve got to be there for her son

Les années ont passé. Sam la regardait désormais de loin, vieillir avec son fils, souriant avec son mari… Puis tomber malade au point de ne plus être en mesure de sortir du lit.

Puis, l’inévitable. Le matin où elle ne s’est plus réveillée et que son dernier souffle a quitté ses poumons. Sam était dévastée. Tout ce temps perdu… Tout ce temps passé à souffrir en secret, à l’envier lui. Et maintenant, il est trop tard. Elle était devenue une étrangère bien avant qu’elle ne meure et elle le restera.

It’s… over, isn’t it?

Isn’t it?

Isn’t it over?

It’s over, isn’t it?

Isn’t it?

Isn’t it over?

You won and she chose you and she loved you and she’s gone

It’s over, isn’t it?

Why can’t I move on?

Il détourne finalement le regard pour regarder le cercueil de sa femme s’enfoncer sous terre. Le prêtre prononce quelques paroles, puis la foule finit par se disperser. Mais pas Sam. Sam regarde la pelletée, puis inspire lourdement l’air autour d’elle dans le but de trouver le courage pour tourner les talons.

Elle y arrive éventuellement, quittant le cimetière avec les poings serrés.

It’s over, isn’t it? Why can’t I move on?

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.