Indice des feux de Antoine Desjardins

Coup de cœur

♥♥♥♥

Éditions La peuplade

21 janvier 2021

360 pages

978-2-924898-87-1

Quatrième de couverture

Soumise à la frénésie incendiaire du xxie siècle, l’humanité voit sa relation au monde déséquilibrée et assiste avec impuissance à l’irréversible transformation de son environnement. Explorant cette détresse existentielle à travers sept fictions compatissantes, Antoine Desjardins interroge nos paysages intérieurs profonds et agités. Comment la disparition des baleines noires affecte-t-elle la vie amoureuse d’un couple ? Que racontent les gouttes de pluie frappant à la fenêtre d’un adolescent prisonnier de son lit d’hôpital ? Et, plus indispensable encore, comment perpétuer l’espoir et le sens de l’émerveillement chez les enfants de la crise écologique ? Autant de questions, parmi d’autres, que ce texte illustre avec nuance et tendresse, sans complaisance ni moralisme. 

Indice des feux peint les incertitudes d’un avenir où tout est encore à jouer.

Il faut prendre soin, mon homme. Prendre soin de tout, en particulier de ce qui est en train de disparaître.

Mon commentaire :

Indice des feux est un recueil de 7 magnifiques nouvelles que j’ai trouvé toutes très abouties. L’écologie est le fil rouge qui les relie. C’est chaque fois écrit à la première personne mais ce n’est jamais le même personnage qui nous raconte une petite tranche de vie emblématique du monde contemporain, des faits de la vie courante, la vie, la mort…

Le  parler québécois employé pour la première nouvelle m’a un peu interloqué. J’ai craint que toutes les nouvelles soient rédigées dans ce langage, moi qui n’aime pas les romans écrits en argot des banlieues françaises. Mais ici il y a la petite touche exotique qui m’a touchée et cette écriture correspondait bien au jeune ado atteint d’une leucémie foudroyante. C’est la gorge serrée que j’ai terminé ce texte écrit cependant sans pathos. Pour ses autres nouvelles Antoine Desjardins montre qu’il sait très bien manier notre langue. Un des charmes incontestables de ces nouvelles est cet accent canadien qui m’ a accompagné pendant toute la lecture de ce texte aux expressions savoureuses.

Au fil des nouvelles l’auteur aborde tous les thèmes de l’écologie, le réchauffement climatique, les pluies torrentielles, les arbres malades, les oiseaux impactés, les baleines. Est-ce raisonnable d’avoir un enfant dans ce monde malade? Faut-il continuer à vivre comme si de rien était ou bien se retirer du monde? Ces textes engagés, mais jamais pesants, ne sont pas tristes, seulement sensibles et mélancoliques. J’y ai ressenti toute la tendresse que l’auteur éprouve pour ses différents personnages, son amour du prochain et surtout de sa famille. 

Pour moi un auteur à suivre!

Sélection 2021 des 68 premières fois

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.