(Extrait) Et nous étions damnés

Tu sens la main rude sur ton épaule, alors qu’elle te pousse impitoyablement vers l’avant. Unique contact qu’on t’accorde depuis … trop longtemps pour que tu te souviennes d’avant. Avant l’oubli. Un frisson d’anticipation te prend. Peut-être devrais-tu avoir peur. Peut-être devrais-tu être en colère. Mais rien de tout ça ne vint troubler l’obscurité de tes sens anesthésiés, alors que tu subis les affres de la gravité. De ce geste qui te pousse comme le déchet que tu es devenu.

Puis ce fut le vide.

X

La sensation du vortex spatio-temporel t’est doucement familière. Elle te ramène des années en arrière. Quand tu as dû quitter Taria, alors que la famine et la sécheresse faisaient rage. Quand le point de non-retour avait été atteint. Quand l’État Souverain avait rapatrié tous les enfants en bas âge, pour leur éviter une vie de misère. Tu te souviens, clair comme de l’eau de roche, des teintes irisées et mouvantes sur la surface de ce qui devait t’amener loin des terres arides qui t’ont vu naître. Tu te souviens moins des pleurs des enfants, en bruits de fond. Et les visages de tes parents ne sont plus, aujourd’hui, que deux silhouettes sans trait distinct. Des inconnus. Tu n’as pas cherché à les retrouver. Tu ne t’es jamais senti chez toi, à Taria, après tout.

Cette fois, tu ne peux voir les magnifiques serpents incandescents qui t’enveloppent. Tu es plongé dans l’obscurité depuis bien longtemps maintenant. Ils n’ont pas eu à te mutiler le visage. Pas comme les autres. Pas comme beaucoup d’autres. Le masque, lisse et noir, est devenu ta deuxième peau.

Tes autres sens, même anesthésiés par la drogue qu’on t’a forcé à prendre, sont doucement effleurés par le vortex. Tu sens chaque parcelle de ta peau se réchauffer. Un éclair court sur ta langue. Le bourdonnement dans tes oreilles s’intensifie. Tu sais encore que celui-ci ne va s’estomper que dans quelques heures, mais tu t’en fiches.

Peut-être n’auras-tu pas quelques heures.

La suite est disponible en échange d’un don d’1,99$ pour me soutenir !

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.