Dimanche chez les Minton et autres nouvelles de Sylvia Plath

Éditions Folio. 97 pages. 2013.

Résumé

Elizabeth Minton et son frère Henry, tous deux retraités, vivent une existence faite de rites et de répétition, dans la grande demeure familiale, au bord de l’océan. Henry est pragmatique et égoïste, tandis qu’Elizabeth, irrationnelle et rêveuse, métamorphose son quotidien par la force de son imagination. Cela suffira-t-il à lui procurer le vivifiant sentiment de libération auquel elle aspire ?

Entre désespoir lancinant et humour féroce, Sylvia Plath explore avec une justesse qui fait mouche les faux-semblants des relations humaines.

Coucou !

Pour le challenge 1mois 1autrice je découvre la plume de Sylvia Plath avec ce recueil de cinq nouvelles très courtes.

La première ‘Le cinquante-neuvième ours’ parle d’un couple en voyage mais je n’ai pas compris la fin.

La deuxième ‘La boîte à souhaits’ parle du fait de rêver ou pas.

La troisième ‘Le jour où Mr Prescott est mort’ parle de ce qu’on ressent et ce qu’on devrait ressentir après la mort de quelqu’un.

La quatrième ‘Superman et la nouvelle tenue de Paula Brown’ histoire d’enfants bien malheureuse pour moi.

La cinquième ‘Dimanche chez les Minton’ avec une promenade pas comme les autres.

La plume est très poétique mais m’a perdu à certain moment. Toutes les nouvelles font allusion à des anecdotes de vie très sombres pour les protagonistes. L’imagination des femmes revient souvent comme un problème ou une échappatoire. J’avoue ne pas avoir été emballée plus que ça. Ces nouvelles ne sont pas inoubliables même si, sur le moment, elles font réfléchir sur l’Humain.

Bonnes aventures livresques !

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.