Cookie Monster – Vernor Vinge

Cookie Monster - Vernor Vinge

Cookie Monster est un court roman de Vernor Vinge publié en janvier 2016 aux éditions Le Bélial’, dans la collection Une heure lumière. Il est lauréat des prix Locus et Hugo 2004.

Résumé :

Non, vraiment, la vie de Dixie Mae n’a pas toujours été rose… Mais grâce à LotsaTech, et au boulot qu’elle vient de décrocher au service clients de ce géant high-tech, les choses vont changer. Telle était du moins sa conviction jusqu’à ce que lui parvienne l’email d’un mystérieux expéditeur, message qui contient quantité de détails intimes liés à son enfance et connus d’elle seule… Dixie Mae, telle Alice, devra passer de l’autre côté du miroir et payer le prix de la vérité — exorbitant : celui de la nature ultime de la réalité au sein de la Silicon Valley…

Avis :

J’aime bien la collection Une heure lumière de chez Le Bélial’ pour deux raisons principales. La première, très futile, c’est le graphisme des couvertures d’Aurélien Police, qui sont de toute beauté, et apportent une identité graphique très claire à la collection. La deuxième, c’est qu’elle permet de découvrir de grands noms de l’imaginaire, essentiellement de la science-fiction, via des textes courts. Ça a l’avantage de permettre de s’imprégner de la plume d’un auteur en peu de pages. Au pire, si je n’accroche pas au style, je ne suis pas coincée pour 1000 pages !

Mais il est compliqué en une centaine de pages de découvrir l’univers d’un auteur, sa façon de fonctionner. Ce qui rend parfois la lecture encore plus compliquée qu’elle n’est réellement. Je m’explique : je ne suis pas une spécialiste de la SF (je découvre d’ailleurs tout le temps plein d’auteurs que tous les fans semblent déjà bien connaître^^), et encore moins une sommité en sciences. Pour tout vous dire, je suis une vraie quiche pour tout ce qui est scientifique. Quand j’ai eu 5/20 en physique à mon bac scientifique (oui, vous avez bien lu^^), mon prof a été agréablement surpris !

Le problème, c’est que quand je me trouve comme ici face à de la SF qui met en place des éléments assez complexes et abstraits, en 100 pages, c’est vite incompréhensible. En 500 pages, l’auteur aurait eu plus de temps pour expliquer le contexte et les théories… Là, il va à l’essentiel, et il me perd un peu (beaucoup) par moments. Alors que pourtant j’ai adoré le principe de l’intrigue. Cette quête sur une route de briques jaunes (cf Le Magicien d’Oz)… A un moment, pour expliquer le concept central du livre, l’auteur cite des titres de livres d’auteurs de SF connus (lui inclut^^) qui doivent traiter du même type de problèmes, mais mon manque de références fait que, n’ayant pas lu ces livres, ça ne m’a pas beaucoup aidé dans la compréhension. Bon, ça me fait quelques ouvrages à ajouter à ma wishlist pour étendre un peu ma culture SF.

Je sais que ça peut vous paraître bizarre, mais bien que je n’ai pas tout compris, j’ai beaucoup aimé ma lecture. J’ai découvert un auteur au style très agréable. Bien que les concepts développés soient un brin compliqués, le roman est resté très lisible, et j’ai été au bout sans peine. Je me sens un peu moins quiche en SF en ayant fini ce livre, même si je sais que mon chemin est encore long…

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.