Chronique sur FRIDAY BLACK de Nana Kawme Adjel-Brenyah

Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, aujourd’hui avec Alfred nous vous proposons une petite bombe FRIDAY BLACK Nana Kawme Adjel-Brenyah aux Éditions Albin Michel. 

Je propose mon cher Alfred que je déroule le menu afin de vous faire saliver par avance. Pourtant je dois dire que si de butte en blanc, on me propose des nouvelles ça a tendance à me refroidir ! Mais là non car c’est un savant mélange entre la dystopie et critique du monde moderne qui pousse le lecteur à la réflexion.

Alfred, mais c’est quoi ce livre ! Ça m’a totalement chamboulée, retournée. Et dire que c’est un premier roman !

 Bon je dois dire que seules deux nouvelles ne m’ont pas vraiment plus mais pour le reste …. Oh j’en aurais bien pris encore. Quoique ce soit bien tout de même de consommer avec modération tant de violence. Mais pas de la violence gratuite non ! De la violence intelligente distiller avec parcimonie dans des univers dystopiques qui atténuent l’horreur dans certaines de ces nouvelles. 

Et pourtant la dystopie, elle est surtout un outil pour mettre en avant certaines réalités terrifiantes déjà bien présentes dans notre monde.

À l’exemple quand injustice et justice font la paire, les tueries de masses, la radicalisation de la violence et encore je ne vous dévoile pas tout. 

 Alors sans forcément être un coup de cœur c’est un livre bouleversant et marquant. 

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.