Charon E07 – Les mathématiciens de l’impossible

Charon et La Mort sont au salon et comme souvent Charon digresse gaiement. Sa compagne qui peine à lire le journal décide de lui donner quelques pages pour qu’il se taise. Visiblement, l’ idée échoue.

CHARON: Chérie. Connais-tu Diophante d’Alexandrie?
LA MORT: Je l’adoore!
CHARON (surpris puis factuel): Tu seras sans doute peinée d’apprendre qu’il est malade…
LA MORT (sarcastique): Terriblement peinée…
CHARON: En fait tu n’as strictement aucune idée de qui je parle.

Elle plie son journal en deux, le pose sur ses genoux et pare son visage de son plus beau sourire.

LA MORT: Je pourrais aller faire connaissance avec lui demain! Qu’en dis-tu?!
CHARON: Ah non! Arrête, laisse le à Thanatos, c’est important!
LA MORT (se levant): Et c’est toi qui va m’en empêcher?

Elle fuit vers la chambre, Charon sur ses talons.

***

Deux jours plus tard, Diophante n’est plus malade mais mort et c’est bien Thanatos qui a mené son âme aux Enfers. Charon manœuvre avec dextérité sa gigantesque trirème pour l’accueillir de la plus belle des façons possibles. L’homme est important: il est mathématicien.

CHARON (satisfait de son amarrage): Et voilà la cla-cla-classe!

Une première âme se précipite vers la rampe d’accès en bois. Charon est tenté de la lancer au fleuve mais se remémorant les lubies de sauveteur de Cerbère y renonce.

CHARON: Dégage de là! Même avec 3 oboles, tu vas attendre comme les autres! Je ne prends que Diophante ce matin. DIOPHANTE!

De nombreuses mains se lèvent.

CHARON: Finalement, je vais prendre un NESTOR! Et voilà, c’est bien ce que je pensais! Les trois quarts sont trop cons pour baisser la main…
DIOPHANTE (se frayant un chemin à travers la foule): Suis-je en retard?
CHARON (étonnement saisi d’un excès de déférence): Non, monseigneur. Je dois dire que ces modestes contretemps ne sont que de mon fait. Veuillez embarquer.
DIOPHANTE (tendant les pièces): Tenez mon brave.
CHARON: Que neni. J’agis pro-bono pour quelqu’un de votre stature!
DIOPHANTE: Que me chantez-vous là? Je ne suis que mathématicien.
CHARON (se penchant depuis le bastingage vers l’embarcadère et la foule): Vous entendez vous autre! IL EST MATHEMATICIEN! LOUE SOIT-IL! Si vous aviez eu un peu plus de jugeote vous vous seriez tous un peu plus servis de vos cerveaux et vous aussi vous auriez droit à un voyage gratis pour les Champs Elysées!
DIOPHANTE (surpris): Les champs Elysées?! C’est fantastique… J’ai toujours dit que cela ne servait à rien d’être un gros con de Hoplite pour accéder aux plus hauts honneurs.
CHARON: N’en faites pas trop tout de même, sinon vous risquez de vous fâcher avec la plupart de vos futurs voisins.

***

Le débarcadère des Champs Elysées se trouve dans la méandre la plus calme du Styx. Un groupe de Lampade en livrée fait office de comité d’accueil. Hécate a comme d’habitude rempli sa part de la mission.

DIOPHANTE (subjugué): C’est magnifique… Si j’avais su, je serai venu plus tôt!
CHARON: Je partage bien volontiers votre avis. Venez suivez-moi, je vous accompagne au bout du quai.
DIOPHANTE: Trop aimable. Où vais-je loger?
CHARON: Tout est déjà organisé. Vous allez suivre ces jeunes femmes jusqu’à une grande maison très agréable qui offre toutes les commodités modernes.
DIOPHANTE: Quelle chance!
CHARON: Nous prenons soin de nos mathématiciens! A vrai dire, nous aimerions que vous poursuiviez vos recherches dans une ambiance de travail tout à fait propice. N’était-ce pas ce que vous attendiez de l’éternité?

Une larme de bonheur coule sur la joue de Diophante.

***

Prétendre que la journée de Charon n’a pas été parfaite serait mentir. Heureux, il attend sa compagne sur l’une des méridiennes du salon. Elle entre.

LA MORT (surprise): Tu as quelque chose d’étrange sur le visage… Je crois qu’on appelle ça un sourire!
CHARON (Ne relevant pas le sarcasme): Parfois mon travail m’empli d’un sentiment de plénitude profonde.
LA MORT: Eh beh… C’est de la faute de ton mathématicien? Il va vraiment falloir que tu m’expliques pourquoi ils sont si importants!
CHARON: Ils ne sont pas importants. Ce sont des connards et on les soigne!
LA MORT: En les choyant?
CHARON: Viens t’asseoir, je vais te raconter une histoire.
LA MORT: Oh… Une histoire? Est-ce vraiment la peine? Puis-je me contenter du résumé?
Charon se renfrogne mais accepte de lui répondre.

CHARON: Nous haïssons tous les « scientifiques » et Zeus a décidé, en collaboration avec Hadès, qu’ils seraient désormais tous envoyés aux Champs Elysées où ils pourraient continuer à travailler sur leur théorie. Comme le confort physique ne les intéresse pas vraiment et que la mode est à la recherche de la « quadrature du cercle », ils vont chercher pendant toute une éternité sans jamais trouver quoique ce soit. C’est une forme de torture très raffinée, ne trouves-tu pas?
LA MORT: C’est intelligent et cruel mais est ce qu’ils méritent vraiment ça? Ce ne sont généralement que des vieux croutons abscons, je ne vois pas vraiment quel genre de menaces ils peuvent représenter.

Elle s’éloigne vers la cuisine.

CHARON (pour lui même): Quand votre religion sera devenu autre chose qu’une vaste plaisanterie, vous comprendrez à quel point la science est une vraie plaie!

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.