Caravanes. Littératures à découvrir

Nouveaux rayons du mur ouest, pas encore encore vraiment placé, un grand volume doux et souple.

J’ouvre page 133:

NAMOUNAÏ

Je crois que je vais quitter mes outardes et aller faire un tour du côté de Pallik, même si je suis seul. Pallik? Le détroit, la porte. Le passage vers un autre lieu. Namounaï m’en avait parlé juste avant son départ. Il voulait d’ailleurs que nous déménagions tous là-bas car l’eau courante avait sûrement déjà fait fondre un peu de glace, supposait-il. Et surtout, il devait y avoir plein de caribous.
Pallik? Une longue butte gazonnée complètement à découvert sur le dos d’un esker avec au bout une immense sculpture de cailloux, un inoukchouck, comme on dit, un amassement de pierres en forme d’homme. Eh bien, l’inoukchouck de Pallik est tellement grand qu’il ne peut s’agir que d’un tounouk, pensai-je, le géant dont parlent certains sorciers. Un immense tounouk venu des profondeurs géologiques regarder les hommes ordinaires jouer à leur vie.
Mais c’est déjà l’été ici ce matin. Pas un nuage dans le ciel et ce soleil au large sourire. Si jamais une température aussi élevée se maintient vingt-quatre heures encore — il doit bien faire dans les 10 – 12° C. — ce sera l’invasion des maringoins. Des nuages de mosquitos nous tomberont alors sur la tête comme un orage de pluie et ensuite il sera trop tard. C’est le temps ou jamais aujourd’hui même : je crois que je vais me laver.

(Jean Morisset)

bar-2437

Caravanes. N° 4. Littératures à découvrir.
Editions Phébus.
À propos de Caravanes.

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.