Une visite singulière

Plaisir d’écrire n° 20  chez Mumu

Mumu la grenouille – plaisir d’écrire n° 20

Manteau, cheminée, pommier, bourrasque, empiler, éclairer, oublier, éplucher

Illustration : Le net

Une visite singulière

L’agence immobilière m’avait bien indiqué le chemin. Sur ce sentier je me retrouve égarée,  je dois continuer à pieds laissant la voiture devant la grande entrée grillagée et toute rouillée.  Bien emmitouflée dans mon manteau,  je marche dans la boue.  Il a beaucoup plu ces derniers jours et le temps ne doit guère s’améliorer car je maintiens tant bien que mal mon parapluie sous les bourrasques.

Je l’aperçois enfin. Une demeure vieille France en pierre du pays dont les derniers habitants ont quelque peu oublié d’en faire vivre l’âme. Un immense jardin abandonné laisse entrevoir ici et là les vestiges de roses fanées, dont les pétales empilés gisent sur le sol livrés à la nature automnale. Un verger où les pommiers prennent la meilleure part du gâteau.

Je monte l’escalier principal haut et majestueux. La porte de chêne à double battant grince sur ses gongs. Elle s’ouvre sur une pièce centrale nullement éclairée. Je me précipite, ouvre les volets. La lumière jaillit, donne vie à cet endroit que je découvre émerveillée. Un écrin d’or dans une verdure sur le déclin.

Devant moi sur la gauche au-delà d’une autre entrée que je franchis, j’ouvre les yeux sur ce qui devait être à l’origine la pièce de vie. Je prends possession d’elle, m’imprègne de son odeur. Des relents de feu de cheminée s’insinuent dans les narines. Odeurs de bois de chênes envolés en fumées. Quelques restes d’un fruit épluché laissé là par un visiteur indélicat me font sourire. Ils me rappellent que tout redevient poussière et que la laideur temporaire peut être avec un peu d’imagination transformée en oeuvre d’art.

© freesia – 16 septembre 2011

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.