Une immersion dans le sud chinois

Nous sommes maintenant à l’aube du début d’une nouvelle année qui promet d’être fort chargée, que ce soit par le début de l’externat pour Catherine, ou par la fin du pré-clinique pour les autres. Nos chemins se sont séparés vers la fin du voyage, certains retournant à la maison, d’autre continuant à explorer ce fabuleux pays que nous avons eu la chance de découvrir. Il convient de revenir quelques semaines en arrière afin de terminer le récit de notre aventure chinoise en relatant les deux dernières semaines de notre stage à Guilin.

Tel que mentionné précédemment, l’accueil qui nous a été réservé par Xiaona, Sheng-Fe, Aaron et Hong Yi a été au-delà de toutes nos espérances. Grâce aux efforts acharnés qu’ils ont déployés afin de nous bâtir un programme de stage de qualité au sein de leur hôpital universitaire, nous avons non seulement vécu une expérience culturelle et humaine certaine, mais avons acquis de précieuses connaissances médicales. Grâce à leurs efforts et à l’ouverture du personnel et de la direction de l’hôpital et de la faculté de médecine de Guilin, nous avons en effet eu droit à des longs entretiens avec les directeurs de nombreux services hospitaliers, de même qu’à quelques conférences. Côtoyer des médecins d’une telle trempe a été pour nous un privilège, certains étant réputés à travers la Chine entière. Ils nous ont entre autres menés dans des visites de leurs départements respectifs, où nous avons eu la chance de nous pencher sur des cas cliniques très intéressants dans le cadre de notre projet. Ce fût pour nous une occasion de côtoyer des patients chinois dans un contexte radicalement différent de celui des cliniques de charité auxquelles nous avons pris part dans le Liaoning.

Les visites des divers départements du Centre hospitalier universitaire de Guilin ont de plus été l’occasion de visiter les laboratoires de microbiologie, de génétique et de pathologie. Celui sortant du lot était sans nul doute le laboratoire de chimie analytique distillant les essences de plantes utilisées en médecine traditionnelle chinoise afin de les intégrer dans le cadre de traitements de médecine occidentale, notamment dans le domaine de l’oncologie.

Nous avons finalement eu la chance d’assister à plusieurs interventions opératoires des départements de chirurgie hépatobiliaire, orthopédique ainsi que de plastie. En ce domaine, les pratiques sont semblables à celles que nous connaissons au Québec, excepté le fait que les chirurgiens travaillent pratiquement sans assistance.

Nous avons été très touchés par l’énergie déployée afin de nous accueillir, par les amitiés que nous avons pu forger à Guilin. Les résidents chinois nous ont non seulement intégrés dans leur milieu de formation, mais nous ont aussi amenés en excursion sur la rivière Li, vers Yang Shuo et ses magnifiques montagnes, ainsi que dans les rizières en terrasses de Ping Han, surnommées « le dos du Dragon ». Un chirurgien orthopédique très adepte de plein air a même amené Catherine, François et Julien en expédition afin de camper dans un temple bouddhiste au sommet d’une montagne durant toute une fin de semaine! Ces moments nous furent tout aussi précieux que les aspects plus académiques de notre séjour dans le Guangxi.


La rivière Li


Les rizières de Ping Han


Au sommet avec Dr Xiao

Nous revenons donc au Québec après tout ce temps passé en Chine, contents de nos apprentissages et les yeux emplis de paysages inoubliables. De plus, la direction de la faculté de médecine de Guilin a montré un très grand enthousiasme face à notre présence en ses murs, Dre Wu, vice-doyenne, ayant exprimé à de nombreuses reprises son désir de répéter l’expérience l’année prochaine. La venue de Xiaona et de Hong Yi au CHRTR viendra clore en beauté notre projet. Nous pouvons donc affirmer avec fierté, et un peu de nostalgie, que l’Initiative médicale et culturelle Mauricie-Chine a été un franc succès!

Nous tenons encore une fois à remercier nos précieux commanditaires, les industries Pro-Tac, la Caisse Desjardins de Trois-Rivières, Construction Promec ainsi que Dufort et Lavigne, sans oublier les lecteurs qui se sont intéressés au projet i(MC)2.

François

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.