Toronto Book Fair – Bilan

J’étais heureux de pouvoir me rendre à Toronto pour visiter ce 2e Salon international du livre ancien torontois depuis son retour l’an passé après une absence d’une quinzaine d’années. Le Convention Center où se tenait le salon étant tout près de la gare et des principaux hôtels, j’ai opté pour le voyage en train et un séjour au chic Fairmont York Hotel directement face à la gare.

Mon objectif principal était bien sûr d’arriver à dénicher de nouvelles acquisitions pour notre bibliothèque mais aussi de visiter nos fournisseurs réguliers et d’en découvrir de nouveaux. En fait, assez étrangement, je n’avais jamais rencontré physiquement plusieurs de ces libraires avec qui je transige pourtant depuis l’époque où j’étais conservateur de la Bibliothèque David M. Stewart! Comme la plupart des échanges se font par courriel ou par téléphone et que je ne fréquente pas régulièrement les salons, certains visages m’étaient encore inconnus! J’ai donc enfin pu rencontrer Madame Helen Khan, Liam McGahern, les gens de D&E Lake et de Lord Durham.

J’ai découvert avec plaisir que Mathieu Bertrand de la librairie Bonheur d’occasion avait fait son petit bonhomme de chemin dans le monde de la librairie ancienne et qu’il s’était adjoint les services du libraire Guy de Grosbois. Les kiosques des grands étaient toujours aussi incontournables : William Reese, Quaritch, Maggs, Bauman et Peter Harrington pour ne citer que ces derniers. J’ai été cependant un peu déçu par l’allure des stands très modestes de ces grands noms de la librairie ancienne qui ne se démarquaient en rien des autres, si ce n’est par la qualité du contenu présenté. Bauman, entre autres, dont j’adore les magnifiques catalogues et leur beau site Internet, ne payait vraiment pas de mine…

La plupart des libraires avaient une belle sélection de documents mais comme il s’agit d’un salon canadien, ils se sont tous  logiquement présentés avec leur Canadiana… les mêmes d’un kiosque à l’autre… Pour un collectionneur privé, c’est une bonne occasion de magasiner un titre d’histoire canadienne incontournable mais pour une bibliothèque comme la nôtre, qui possède déjà tous les classiques, c’est un peu ennuyeux. Il y avait bien ici et là des pièces intéressantes mais trop souvent hors de prix pour notre modeste budget.

J’ai découvert de nouveaux libraires très pertinents pour nous dont Peter Blackman de la White Fox Rare Books and Antiques qui offre des livres miniatures, des livres illustrés, des livres d’emblèmes, des titres avec fore-edge paintings ainsi que des reliures intéressantes (entre autres une belle reliure en papier mâché en parfaite condition). Il y avait aussi la librairie Thomas A. Goldwasser Rare Books spécialisée en Beaux-arts et qui présentait des titres en surréalisme (intéressant pour venir enrichir notre Collection Rioux, une des plus importantes collections sur le mouvement surréaliste en bibliothèque publique en Amérique du Nord).

La suite dans un prochain billet.

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.