Saab n’est pas encore morte

Benoit Charette

Léger répit supplémentaire pour Swedish Automobile NV (Swan, ex-Spyker). La cour d’appel de Göteborg a autorisé le propriétaire néerlandais de Saab Automobile AB et ses filiales Saab Automobile Powertrain AB et Saab Automobile Tools AB à faire appel de la décision du tribunal de district de Vänersborg qui, le 8 septembre dernier avait refusé sa demande de mise sous protection de la loi suédoise des faillites.

Saab 9-3 Aero

Saab 9-3 Aero

La semaine dernière, deux syndicats de Saab ont demandé à la justice de mettre l’entreprise en faillite pour que leurs membres puissent recevoir leurs salaires du mois d’août, toujours impayés.

Swedish Automobile, qui a sauvé Saab de la faillite en 2010, explique que les 245 millions d’euros qu’il doit recevoir de ses partenaires chinois Pang Da et Youngman suffiront amplement à éponger sa dette et payer les salaires de ses 3 700 employés.

Lundi, le groupe s’est déclaré «satisfait» de l’annonce de la cour.

Si la cour d’appel donne à Saab la permission de procéder à une réorganisation volontaire, les demandes de mise en faillite seront suspendues et Saab sera protégé de ses créanciers durant la période de réorganisation.

La dette de Saab s’élève à 150 millions d’euros, selon le propriétaire de Swedish Automobile, Victor Muller, et ses fournisseurs impayés ont cessé les livraisons, forçant un arrêt de la production depuis juin.

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.