Mon premier film (deuxième partie)

Je pense que je devrai opter pour ma première idée qui parle des amis qui découvrent un passage qui conduit à un autre univers.
Maintenant je vais écrire le scénario :

On ne connaît pas tous les mystères de notre univers, et si on pouvait imaginer qu’il pourrait exister des choses inexplicables, des phénomènes hors normes que même les grands scientifiques n’ont pas découverts jusqu’à aujourd’hui, quelles seraient les conséquences ? …

Un groupe d’amis découvre une porte étrange dans un parc. Il s’agit d’un passage menant à un autre univers. Ils l’empruntent et pénètrent dans le royaume des morts. Ils vont y rencontrer des membres de leurs familles ou des amis qui sont décédés.

Tout en gardant leur découverte secrète ils retournent de temps en temps pour rendre visite à leurs défunts. Surpris par le gardien des lieux, ils sont sommés de choisir entre rester définitivement ou rentrer chez eux et attendre que sonne l’heure de leur mort. Ils décident de retourner dans le monde des vivants, mais quelque chose d’étrange les en empêche…
Je me mets au travail, et après quelques jours mon script est terminé. En voici quelques plans:

Plan 1 : « Jean-Pierre assis dans le salon »
Jean-Pierre Laffont, professeur des écoles d’une trentaine d’années, brun, mince habillé très décontracté jogging bleu, avec des pantoufles noires, assis dans le salon sur son fauteuil, les yeux figés sur son journal, lit lentement chaque page, très calme, le jeune homme se repose comme il peut, et veut oublier le travail.

Derrière lui il y a une fenêtre et à coté à gauche, il y a un petit tableau, avec un paysage: un homme assis sous un arbre en train de sentir une fleur.
La radio allumée, Jean-Pierre écoute une émission.
La voix de l’animateur : « Amis du jour, bonjour. Ici Laurent, votre animateur préféré, j’espère que vous passez de bonnes vacances de pâque. Ah oui, je me souviens quand j’étais enfant, je cherchais des œufs dans le jardin avec mes frères et sœurs, de bons souvenirs, mais assez parlé de moi. Alors selon vous qui sera notre vainqueur du jour ? Vous le saurez dans un instant… »

Une sonnerie d’entrée retentit, il met son journal sur la table, diminue le son de la radio située juste devant lui sur la table, se lève et se dirige rapidement, vers la porte d’entré située à quelques pas de lui, traverse le couloir.

Plan 2 : « Le couloir »
Etroit, les murs blancs, et la dalle de sol grise.
Jean-Pierre : Qui est là ?
La voix de Christian Dutronc : C’est moi : Christian.
Jean-Pierre ouvre la porte, et dit à Christian d’entrer.
Christian, habillé en blue-jean, pull col-v noir et des baskets blanches, pénètre dans le couloir.
Ils se dirigent tous les deux dans le salon,

Plan3 : « Le salon »
Petite pièce, un canapé, une table, un coin télé et une petite bibliothèque.
Les deux amis prennent un verre de champagne, ils discutent un peu puis Jean-Pierre se souvient de quelque chose.

Jean-Pierre : Mais ce n’est pas aujourd’hui qu’on doit se retrouver avec Philippe, Christophe et Patrick au jardin du Luxembourg à 11 :00 ?
Christian : Oui, c’est vrai, il est 10 :15, on a encore un peu de temps devant nous.
Jean-Pierre sort du salon, va vite dans sa chambre qui est juste à coté à gauche.

Plan 4 : « La chambre »
Un lit de deux places, juste à coté une table de nuit avec un téléphone dessus et de l’autre coté du lit, il y a son armoire.
Il met un col roulé noir et blanc et un pantalon noir, chaussettes blanches, et des chaussures noires, puis ils sortent tous les deux avec la voiture de Jean-Pierre, une Renaud 19 chamade blanche et vont retrouver leurs trois autres amis pour le rendez-vous. Les cinq amis décident de se rencontrer devant le jardin du Luxembourg. En arrivant Jean-Pierre et Christian trouvent déjà deux de leurs amis qui sont arrivés, et ils leurs font un signe de la main.

Philippe Focaux habillé en costume noir, cravate bleue, des souliers noirs
Christophe Renard quant à lui en pull col roulé blanc, blue-jean et des godasses noires.

Philippe et Christophe : Jean-Pierre, Christian, on est là.
Jean-Pierre : Oui, on arrive, une seconde.
Ils trouvent un endroit où se garer, et vont à la rencontre de leurs amis.
Christian : Bonjour comment ça va les gars ?
Christophe : Ça va très bien on ne peut pas être mieux.
Philippe : Je vais bien aussi merci et vous?
Jean-Pierre : Regardes moi ça, le soleil est éclatant, comment ne pas être bien un jour pareil, mais en fait ou est passé Patrick ?
Christian : Le voilà qui arrive.

Patrick Hubert habillé en pull bleu, un blue-jean et des chaussures noires sort du taxi, et va à leur rencontre.
Patrick : Bonjour.
Jean-Pierre : Bonjour Patrick. Puisqu’on est tous réunis, que l’aventure commence.

Le groupe d’amis commence par visiter, et discutent de choses et d’autres, et puis Jean-Pierre remarque un truc.
Jean-Pierre : On va voir se qui se passe là-bas.
Il y a comme quelque chose cachée derrière les arbres, les compagnons très curieux de voir cette chose qu’ils n’arrivaient pas à distinguer de loin.

Plan 5 : »entrée du parc »
Extérieur – Tombée du jour – Quelques arbres, à l’arrière une porte étrange, une lumière très puissante s’en dégage
Arrivée de Philippe – étonnement
Arrivée de Jean Pierre hors du champ de visibilité de la porte (cachée par philippe)

Philippe : Ce n’est pas vrai ?
Jean-Pierre : Qu’est-ce-qui se passe ? Tu nous fais marcher là ?
Philippe : Non, pas du tout, c’est incroyable ? ( il s’écarte et désigne le passage à Jean-Pierre) Il y a une porte derrière les arbres.
Jean-Pierre : (s’avance vers la lueur – consternation) Peut-être que c’est un passage secret.

Les trois autres amis ont rejoint les deux hommes – malaise général
Philippe franchit la porte, suivi de Jean-Pierre, les trois autres emboitent le pas
Plan 6 « La porte côté royaume des morts »
Extérieur – légère brume.
Intérieur : Une grande prairie, des arbres et des fleurs.

Jean-Pierre-angoisse.
Un homme vient les accueillir, l’individu est habillé tout en blanc.
Jean-Pierre : les gars, c’est mon cousin Frédéric dont je vous ai parlé, qui est mort, il y a peu de temps dans un accident de voiture.
Frédéric Laffont : Bonjour, comment vous avez réussi à rentrer ici ? Salut Jean-Pierre, tu ne devrais pas être là ?

Les copains rencontrent leurs défunts, et ils vont se rendre compte que cet endroit est en fait le royaume des morts.
Après une heure, ils retournent chez eux, et décident de ne pas parler de cette porte à personne.

Ils vont de temps à autre rendre visite à leurs proches et amis décédés.
Une fois dans une de leurs visites un des deux gardiens de la porte, créature avec une barbe blanche, vêtu de blanc, se dirige vers eux.

Le gardien du royaume : Vous devez prendre une décision, ou bien vous restez dans le royaume des morts ou bien, vous rentrez chez vous pour de bon, jusqu’à ce que votre heure vienne et vous serez transférés naturellement ici, mais vous ne pouvez plus faire des allées retours comme ça.
Jean-Pierre : Il faut retourner chez nous, les gars.
Il s’approche de la porte, tente de l’ouvrir, elle résiste, il fait plusieurs tentatives.

Jean-Pierre : Y a un gros problème, je n’arrive pas à l’ouvrir.
Ils s’approchent tous de la porte.
Philippe : Poussez de toutes vos forces !
Ils arrêtent de pousser.
Jean-Pierre : Rien à faire, je ne sais pas ce qui se passe, mais il faut trouver une solution, on ne va pas rester éternellement, ici.

Ils commencent tous à paniquer.
Christian : je suis dans un cauchemar et je vais bientôt me réveiller.
Philippe se précipite vers l’un des gardiens du royaume.
Philippe : laissez nous sortir, s’il vous plait.
Le gardien : On peut rien pour vous, on n’est pas responsable de ce qui vous arrive.

Après quelques temps les cinq camarades se rendent compte, qu’ils ne pourront hélas plus retourner chez eux, et se retrouvent prisonniers à jamais.

Voilà, maintenant, il faut que je fasse un casting pour sélectionner les acteurs.
Sihem.B

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.