Mademoiselle X

Mademoiselle X, tout comme d’autre Monsieur Y et Madame Z, se médicamente. Mademoiselle X est une fille comme bien d’autres. Elle le sait et elle s’assume. Elle prend sa petite pilule de bonheur matin et soir. Elle se couche et se lève tôt, mange bien, évite l’alcool, mais compense dans le sport. Mademoiselle X aime monter des montagnes, atteindre ses sommets et plonger corps et âme dans ses sentiers labyrinthiques. Mademoiselle X sait très bien que sa petite pilule du bonheur ne parvient uniquement à lui garder la tête hors de l’eau. Le vrai bonheur, il est entre ses mains.

Mademoiselle X travaille fort pour atteindre le sommet du bien-être : le jogging, les crèmes budwigues, la méditation, les repas santés, les activités en plein air… Mademoiselle X prend son état bien au sérieux. Elle se souhaite le meilleur. L’angoisse, l’anxiété et le stress, elle les combat comme elle le peut tous les soirs en discutant sur Skype avec son frère jumeau établi au Danemark. Ils aiment se dire que malgré la distance qui les sépare, ils sont connectés, à la vie et à la mort.

Mademoiselle X, malgré tous ses efforts pour être équilibrée, sait qu’elle est un individu fragile et que si elle ne s’arme pas contre la réalité, un rien peut la détruire. Certains lui ont dit qu’elle était faible, lâche et qu’elle manquait de courage. D’autres, plus informés, lui ont fait remarquer autre chose. Son estime d’elle-même, maintes fois mise à l’épreuve, s’est autant fortifiée qu’elle s’est abîmée au gré des situations puisqu’on éprouve généralement beaucoup de compassion pour quelqu’un qui souffre d’une maladie tel le cancer, tandis qu’on éprouve plutôt du dédain et de la pitié lorsqu’il s’agit d’une maladie mentale.

Mademoiselle X s’aime comme elle est. Une partie d’elle reste dans l’ombre dans la peur d’être jugée et une autre, aimerait bien briser l’enclot du silence qui règne autour de la question de sa santé mentale parce qu’elle est convaincue d’une chose, sa petite pilule de bonheur aurait probablement sauvé Dédé et Amy, ses idoles sur lesquelles elle prie tous les soirs dans l’espoir de retarder toujours un peu plus la journée où elle ira les rejoindre.

Mademoiselle X a compris que penser au suicide est relativement normal. Elle sait aussi que si l’idée persiste, il est important d’aller chercher de l’aide. Elle connaît bien la dépression et sait qu’elle pourrait aider des gens qui en souffrent sans même le savoir.

BESOIN D’AIDE: 1-866-277-3553

http://www.aqps.info/besoin-aide-urgente/liste-centres-prevention-suicide.html

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.