La force du dollar canadien menace notre secteur automobile

Benoit Charette

La demande américaine pour les automobiles croît et dépassera les niveaux pré-récession d’ici 2014, offrant des occasions substantielles au secteur canadien, indique deux rapports du Conference Board du Canada. Mais une menace plane ?

loonie

Il faut savoir que 84% de la production automobile canadienne prend, chaque année, le chemin des États-Unis. Donc une économie américaine qui reprend de la vigueur est une bonne nouvelle pour le secteur automobile canadien. Mais l’agence économique établie à Ottawa a aussi prévenu que la force du huard érode la compétitivité des biens canadiens et freinera les marges de profit dans un avenir rapproché.

Le Conference Board estime que les marges bénéficiaires demeureront en deçà de leurs niveaux pré-récession. Le secteur des pièces automobiles au Canada a enregistré des profits de 255 millions $ en 2010 — le premier bénéfice net depuis 2007 — et est sur la voie de la rentabilité encore cette année, alors que la production augmente après un lent début plus tôt dans l’année, mentionnent les rapports. Les rapports soulignent que les coûts de main d’oeuvre restent élevés au Canada par rapport à ce qui prévaut dans les pays émergents. Il faut aussi comprendre qu’aucuns travailleurs canadiens ne pourraient vivre ici avec les salaires versés dans les pays émergeants. C’est là une triste conséquence de la mondialisation.

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.