KING, Stephen. Si ça saigne, éd. Albin Michel.

Nouvelles (2020)

Résumé du livre :

Le téléphone de M. Harrigan. Contre rémunération, un jeune garçon fait la lecture à un vieil homme riche. Ils se lient d’amitié. Quand M. Harrigan meurt, Craig glisse dans la poche du défunt l’iPhone qu’il lui a offert. C’est alors qu’intervient le fantastique.

La vie de Chuck. En trois actes, présentés au rebours de l’ordre chronologique, la nouvelle illustre l’idée que chaque être humain est en soi même tout un monde. Elle est aussi le reflet de l’amour de l’auteur pour la danse.

Si ça saigne, la nouvelle la plus longue du recueil, est la suite de L’Outsider et de Mr Mercedes, la trilogie policière de S.K. Le personnage central est Holly Gibney, qui a créé sa propre agence de détectives après le décès de Bill Hodges, son ami policier.

Rat renoue avec le fantastique et avec le thème, cher à l’auteur, des affres de la création littéraire.

Ma critique : BIEN

Si ça saigne n’offre guère de nouveauté ni d’intérêt pour qui a lu les œuvres précédentes. J’ai beaucoup aimé en revanche les trois autres nouvelles où l’on retrouve la plume acérée de l’auteur, son sens de l’humour, du suspense, de l’analyse psychologique et son art de créer un monde foisonnant en quelques pages.

Conseillé par Françoise

A réserver en suivant ce LIEN.

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.