Home of Joy

Notre séjour à Shenyang se déroule selon un horaire précis. Les lundis sont consacrés à des visites non médicales auprès de personnes âgées en perte d’autonomie. Les mardis sont quant à eux occupés par des cliniques de suivi médical auprès de ces mêmes populations. Cet article est consacré à nos mercredis, qui ont été des occasions uniques pour nous de découvrir le milieu des orphelinats chinois. Nous attendions tous ces visites avec une certaine appréhension, en raison de la triste réputation qui est propre à ces institutions, particulièrement depuis l’instauration de la politique de l’enfant unique de 1979. En raison de nombre d’abandon de fillettes résultant de cette loi, le milieu des orphelinats est devenu une industrie rentable. Le gouvernement en gère en effet un bon nombre, mais de nombreux particuliers se sont improvisés directeurs d’orphelinat privés. Ceci implique des conditions de vie très variables pour les orphelins selon l’institution dont ils sont pensionnaires.


Julien et Jean-Simon, complètement attendris!

L’orphelinat que nous avons visité à quatre reprises porte le nom plus ou moins approprié de « Home of Joy ». Cet orphelinat privé est administré par le couple propriétaire. L’homme s’occupe de la cuisine et la femme du ménage et des enfants eux-mêmes. Les orphelins y sont sommes toutes bien traités, mais vivent dans des conditions minimales qui seraient inacceptables selon les normes québécoises. En effet, une vingtaine d’enfants vivent entassés dans une pièce unique et exigüe, leurs lits disposés là où l’espace le permet servant à la fois de lieu de repos, de jeu et de repas. À cette chambre s’ajoutent une cuisine, une salle de bain, la chambre des propriétaires et une pouponnière abritant une quinzaine de bébés et nouveau-nés. Au manque d’espace flagrant s’ajoute un ratio personnel-enfants bien insuffisant. Le couple et en effet seul pour s’occuper de ces nombreux enfants. Ceux-ci sont donc relativement sals, jouent et mangent sur un plancher lui aussi malpropre et leur couche peut demeurer pleines durant des heures. La présence de bénévoles comme nous est donc non seulement appréciée, mais nécessaire à ces enfants.


Émie

Ce portrait est certes peu reluisant et semble fort dramatique. Il faut donc maintenant spécifier que nous avons vécu au Home of Joy une expérience extrêmement gratifiante qui nous a à tous réchauffé le cœur. Nous avons constaté chez ces enfants une grande force de vivre et une joie manifeste à recevoir des visiteurs venus jouer avec eux. Nous avons bâti des relations très touchantes et privilégiées avec certains enfants particulièrement attachants. Nos visites ont donc été très gratifiantes et ont apporté des rires et des sourires aux lèvres des enfants, mais il est difficile de ne pas songer à notre départ après trois semaines, qui pourrait être perçu par eux comme un nouvel abandon.


July et François

L’âge des orphelins du Home of Joy est très variable, allant de quelques mois à 10 ans. Exception tragique, un garçon de 16 ans atteint de paralysie cérébrale et de retard de croissance sévère est alité et immobile toute la journée, ne sortant jamais de son lit (comme en témoigne de nombreuses marques d’escarres, ou de plaies de lit) et paraissant âgé d’au plus 10 ans. La plupart des pensionnaires souffrent de troubles de santé mentale ou physique ou de malformation congénitales. La plupart des nourrissons de la pouponnière étaient atteints de malformations cardiaques de gravité variable : nombreux cas de communication interventriculaire, une cardiomégalie sévère dotant un bébé d’un cœur de taille adulte, et même un cas de dextrocardie, où le cœur se trouve du côté droit du thorax.


Garçon de 16 ans atteint de paralysie cérébrale

Nous avons fait la rencontre du Dre Chen, pédiatre chinoise diplômée d’une université américaine travaillant bénévolement au Home of Joy deux jours par semaine. Non seulement son implication auprès des orphelins est-elle inspirante, mais le Dre Chen s’est avérée être une pédagogue douée et généreuse de son temps. Elle a en effet pris soin de nous enseigner l’examen complet du bébé et nous a fait examiner des cas pathologiques très formateurs.

Les journées passées au Home of Joy furent donc des moments riches en apprentissage et en émotions, véritable plongeon dans un milieu aux conditions humaine et médicales difficiles et totalement nouvelles pour nous. Les regards de ces enfants courageux font partie des souvenirs qui ne s’oublient pas.

Émie et François

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.