Gaspillage d’automobiles de collection

Benoit Charette

La collection de véhicules exotiques de la famille du sultan de Brunei, évaluée à quelque 2500 automobiles de performance, pourrit dans la chaleur et l’humidité indonésienne. Selon le site Ferraris-online.com, la plupart de celle-ci appartiennent au prince Jefri, le troisième frère du sultan et ancien ministre des Finances de Brunei.

Sultan-de-Brunei

Selon des documents légaux entourant la faillite d’Amadeo, le groupe d’entreprises du prince Jefri aurait dépensé 900 millions de dollars chez le bijoutier britannique Asprey, 475 millions chez Rolls-Royce et 78 millions chez Pininfarina seulement pour la modification de nombreuses Ferrari.

La collection de véhicules reposerait dans plusieurs édifices à deux étages, dans lesquels s’accumulent des Porsche 959, des Mercedes-Benz de Classe 500 modifiées, des Bentley, des Aston Martin, des Ferrari 456 et 550, plusieurs de celles-ci peinturées en noir et équipées de caméras infrarouges pour la conduite de nuit.

Imaginez que dans l’un des hangars reposent trois McLaren F1, une Ferrari 288 GTO Evo, une F50 et une F40 LM ! Sans oublier des rangées de Testarossa, des 456 à quatre portes, d’autres 456 Venice, deux Mythos et une étrange F90.

Les véhicules si détériorés par le soleil et par le climat tropical humide que le recouvrement de volants avait fondu, que des intérieurs de véhicule avaient entièrement pourri et que tout cela était devenu d’une curieuse teinte grise. Ce qui a déjà été la plus importante collection de véhicules exotiques et de limousines faites sur mesure est maintenant une vaste tombe, patrouillée par quelques gardes munis de chiens.

La plupart de ces véhicules n’auraient pas été démarrés depuis au moins cinq ans, plusieurs de ceux-ci n’auraient jamais servi ou reçu le moindre traitement mécanique. Et la plupart n’auraient pas les titres légaux nécessaires pour les acheter et les exporter. En fait, seulement quelques Mercedes-Benz auraient été sauvées en les donnant à des habitants de Brunei.

La crise financière asiatique de 1997 a durement frappé Brunei, modifié les prix du pétrole et du gaz, et coûté des dizaines de milliards de dollars à la famille du sultan. L’état, situé sur l’île de Bornéo, compte une population d’environ 400 000 personnes. Selon Wikipedia, il s’agit d’un pays développé ayant l’un des produits intérieurs bruts les plus élevés au monde. Son dirigeant est sa majesté Paduka Seri Baginda Sultan Haji Hassanal Bolkiah Mu’izzaddin Waddaulah, qui a succédé à son père en 1962.

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.