De la toilette à l’abreuvoir: Comment obtenir de l’eau potable à partir des eaux usées

La culture du recyclage prend de l’ampleur quand le besoin l’impose! À Singapour on y fait la promotion active d’une solution au problème de la rareté de l’eau qui en surprend plusieurs, soit la conversion de l’eau de toilette en eau potable.

À gauche: Eau ayant subit une filtration complète. Droite: eau qui n'a subit que la microfiltration.

Au premier abord, cette idée surprend, choque même. Toutefois, il semble qu’à Singapour la question ait déjà été abordée et qu’elle ne surprenne pas tant, car pour près de 5 millions d’habitants c’est une réalité.

Fortement tributaire de la Malaisie voisine pour son approvisionnement en eau, Sans complexe, ni en s’en excusant Singapour a résolument décidé de recycler ses eaux usées de telle sorte à assurer son autosuffisance en eau potable. L’eau traitée – qui selon Singapour atteint un niveau de pureté équivalent à celui de l’eau distillée – est largement utilisée à des fins industrielles, y compris la fabrication de semi-conducteurs et celle des systèmes de climatisation. Mais de plus en plus, elle alimente les robinets Singapouriens.

Les eaux usées ont longtemps été utilisées à des fins agricoles et industrielles. Mais ce n’est seulement qu’à quelques endroits dans le monde, dont Singapour, qu’elles sont incorporées à l’approvisionnement d’eau potable. La technologie – si le public l’accepte – pourrait changer la donne face à de potentiels conflits portant sur l’accès à l’eau à divers endroits dans le monde comme aux États-Unis, en Chine, au Vietnam et en Égypte.

Le processus de nettoyage

L’eau circule d’abord dans les tuyaux d’égout vers une station d’épuration, où les matières solides et certaines bactéries sont éliminées avant que l’eau ne soit rejetée dans un cours d’eau ou encore traités pour qu’elle respecte ou dépasse les normes établies. Pour rendre l’eau potable plusieurs étapes sont requises.

Tout d’abord, lors d’une microfiltration, l’eau passe à travers une membrane creuse dont la membrane est percée de petits trous – plusieurs centaines de fois plus petites qu’un cheveu humain – dans lesquels y sont piègées les bactéries. En second lieu, l’eau passe par une filtration par osmose inversée dans laquelle elle est passe à travers une seconde membrane semi-perméable qui bloque sels, virus et produits pharmaceutiques. Enfin, l’eau est irradiée avec de la lumière ultraviolette de haute intensité et du peroxyde d’hydrogène est ajouté pour détruire toute trace de composés organiques. L’eau qui en résulte est souvent plus propre que ce qui est vendu en magasin!

Tiré de USA Today
Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.